Deux personnes seules au monde

KIM Young-ha

Elle a consacr√© sa vie √† son p√®re : pour lui faire plaisir elle a fait les √©tudes qu’il souhaitait et a pass√© les week-ends avec lui¬†; maintenant qu’il est mort, elle s’aper√ßoit que sa vie est compl√®tement vide, solitaire comme si elle √©tait la seule locutrice d’une langue perdue. Fou, il se prend pour un √©pi de ma√Įs et a peur des poules ; devenu romancier, il √©crit dans la fi√®vre. Un couple qui fait des courses s’aper√ßoit que son enfant a √©t√© enlev√©, ils le recherchent fr√©n√©tiquement, mais quand il revient, des ann√©es plus tard, ils ne peuvent s’habituer √† lui, ni lui √† eux…¬†¬†Ces trois nouvelles tr√®s sombres¬†sont dues √† un √©crivain cor√©en c√©l√®bre dans son pays. Dans un roman pr√©c√©dent (Ma m√©moire assassine, HdN mars 2015), il montrait la d√©g√©n√©rescence d’un homme, tueur en s√©rie, atteint de la maladie d’Alzheimer. Ici, il traite surtout de la solitude et de la folie quand deux personnes se retrouvent seules au monde et que l’une d’elles dispara√ģt. Il traite de fa√ßon moderne des sujets √©ternels, mais chaque fois le lecteur a l’impression que l’histoire ne finit pas. (D.C. et J.D.)