D’entre les pierres

LELAIT-HELO David

√Ä Buenos-Aires, une ancienne maison qui va √™tre d√©truite raconte les √©v√©nements qui se sont d√©roul√©s entre ses murs et l’histoire de ses habitants successifs dont Soledad Salvador au destin bouleversant. Fuyant la Patagonie, elle met au monde Elena peu de temps apr√®s avoir suivi le cort√®ge fun√®bre d’Evita Peron. Dorlotant sa fille, Soledad vit d’abord seule puis prend des locataires qui ne sont pas tous des amis. √Ä vingt ans, Elena s’√©prend d’Est√©ban qui partage sa passion de la libert√©. Mais la dictature fait dispara√ģtre les opposants et Soledad s’enferme dans le deuil jusqu’√† l’apparition du dernier-n√© d’un des locataires.¬†David Lelait-Helo (C’√©tait en mai un samedi, NB juillet-ao√Ľt 2012) aime peindre les √©tats d’√Ęme f√©minins. Admirable est la belle personnalit√© de la courageuse Soledad qui affronte adversit√© et blessures avec d’autres femmes solidaires. Les hommes, eux, sont des s√©ducteurs qui se lassent ou des brutes qui torturent et massacrent. Le destin des b√©b√©s arrach√©s aux victimes et confi√©s aux bourreaux est tristement connu. M√™me si quelques retours en arri√®re exigent une attention soutenue, l’auteur reconstitue avec tact et une grande sensibilit√© une p√©riode sombre de l’Argentine. La fiction de la maison, narratrice de sa propre histoire, qui joue sur l’espace et le temps, ne manque pas de charme.