De l’Angleterre et des Anglais

SWIFT Graham

Ils sont coiffeurs, avocats, m√©decins, copains de sport ou d‚Äô√©cole, simples particuliers, maris ou femmes : vingt-cinq tranches de vie anglaises √©pingl√©es en de plus ou moins courts instantan√©s parlent d‚Äôun quotidien¬†rarement heureux et bien souvent travers√© par la mort, la maladie, les accidents, les √©checs, le d√©samour. Si l‚Äô√©criture de Graham Swift (J‚Äôaimerais tellement que tu sois l√†, NB juin 2013) est classique et fluide, si l‚Äôanalyse psychologique est fine et sensible, ce kal√©idoscope d‚Äôhistoires banales et m√™me triviales laisse cependant une impression plut√īt mitig√©e, d√©concertante. C‚Äôest un univers triste, nostalgique, pessimiste, avec parfois une touche de tendresse ou d‚Äôhumour. Chaque histoire se termine sur une sensation, s√Ľrement voulue et m√™me subtile, mais frustrante, d‚Äôinachev√©, la chute √©tant laiss√©e √† l‚Äôappr√©ciation de chacun. Une peinture du monde britannique selon Swift avec ses particularit√©s, son atmosph√®re‚Ķ Mais qui touche aussi √† l‚Äôuniversel.¬† (V.A. et M.-N.P.)