Daniel Avner a disparu

COSTA Elena

Daniel a dix ans quand ses parents, sa grand-mère et sa soeur sont pris dans une rafle à laquelle lui et son grand-père échappent. Le jugeant responsable, ce dernier reporte sa douleur sur son petit-fils qu’il maltraite physiquement et moralement. À la Libération, il l’envoie chaque jour tenter de retrouver les siens parmi les rescapés accueillis au Lutetia. Devenu adulte, Daniel revit en boucle cette histoire, s’imposant des privations, revenant sans cesse devant le Lutetia. Sa rencontre avec Dora, la naissance d’un fils ne le délivrent pas de son cauchemar… Très court mais d’une très forte intensité dramatique, ce premier roman est l’histoire d’une culpabilité obsessionnelle analysée de façon quasi clinique dans un style sans fioritures. Entretenant sa souffrance avec une délectation qui confine au masochisme, le héros détruit sa vie et celle de sa famille. Incapable d’oublier, et inapte au bonheur, il se mure peu à peu dans une sorte de prison intérieure, disparaissant aux yeux du monde qui l’entoure, coupant les ponts avec un fils qu’il aime et auquel il transmet cependant un héritage douloureux. Désespéré et désespérant, le livre se termine pourtant sur une note optimiste. (B.V. et M.-N.P.)