Contes de la rose pourpre

FABER Michel

La rose pourpre et le lys (NB juillet 2005), roman de mille cent cinquante pages dont l’action se déroule à Londres dans les années 1870, publié par Michel Faber l’an dernier, aurait laissé sur leur faim certains lecteurs désireux de connaître le sort réservé aux héros. Préférant les laisser dans l’incertitude, l’auteur a décidé de ne pas écrire une suite mais, dans plusieurs de ces contes, de remettre en scène brièvement quelques-uns des personnages. Sans résoudre les mystères, il ouvre des pistes sur leur devenir. Ainsi ressuscitent brièvement Sugar la jeune prostituée, Rackam le riche parfumeur, Sophie, l’enfant innocente. Même si l’on n’a pas eu connaissance du roman, ces nouvelles joliment ciselées se lisent aisément. Peinture en demi-teinte d’une société victorienne conformiste, dure aux pauvres, psychologie nuancée des personnages qui, souvent déchus, conservent des traces de fraîcheur, écriture élégante et traces d’humour font l’attrait de ce recueil.