Comment Pok l’oiseau inventa les couleurs

SERRES Alain, CORVAISIER Laurent

Un univers tout blanc ? Infernal pense l’oiseau Pok qui d√©tache un morceau de nuit pour dessiner des formes au jour. Sans le vouloir, il se blesse : une goutte de sang, la couleur est n√©e. Pik l’oiselle y apporte sa note de vert, entra√ģnant dans son vol les verts,vert ¬†tilleul,¬† amande, √©meraude, anis…

Surprise imm√©diate et d√©clic :¬† pour ce grand album sur la couleur, la d√©marche ne sera pas classique √† la Arnold Lobel¬† (Le Magicien des couleurs) – rouge, bleu, jaune qui se m√©langent – ou alors surgira au hasard d’une histoire qui n’en est pas une. Le texte √©pouse avec po√©sie et l√©g√®ret√© les m√©andres du pinceau d’un peintre qui¬† suit ses envies de teintes aussi nuanc√©es que flamboyantes, de jeu avec les couleurs pour combler ici et l√† quelques uns des grands espaces blancs laiss√©s par de vigoureux traits de pinceaux en noir. C’est tr√®s beau pour qui accepte de perdre pied avec la logique et s’abandonne aux p√©rip√©ties d’un voyage √† tire d’ailes et √† la contemplation de v√©ritables peintures d’artiste √† la composition tr√®s personnelle.