Chronique d’une proche banlieue

DILAIN Claude

Claude Dilain, maire socialiste de Clichy-sous-Bois, essaie depuis 1995 de sortir la commune de ses difficultés financières, sociales et culturelles. Le 27 Octobre 2005, la mort tragique de deux adolescents clichois dans un transformateur EDF sonne le coup d’envoi des révoltes au sein des banlieues françaises…  L’auteur, installé comme pédiatre en 1978 à Clichy, revient sur la genèse de ses implications politique et sociale pour tenter de comprendre pourquoi la société française verse autant dans l’ignorance et l’hypocrisie au sujet de ses banlieues… Ce “Clichy sans clichés” est le témoignage d’un élu fortement impliqué dans le quotidien de ses administrés. Claude Dilain pose avec du recul et un bon sens de la synthèse les termes de la donne : dégradation des espaces collectifs, montée des extrémismes, médiocrités gestionnaires, suroccupation immobilière, chômage, vandalisme, pluralité culturelle… La paupérisation d’une commune est bien un engrenage et il faut lutter au plus tôt contre le déterminisme social et culturel. Mais l’ordonnance de ce – facile ? – diagnostic n’est malheureusement pas livrée avec l’ouvrage.