Casta Diva

MORY Christophe

En 1930, Giselle achète en Normandie une grande demeure : Roncenay. Cultivée, ouverte, elle décide d’accueillir gratuitement des artistes inconnus, venant en couple, et demande en échange manuscrits, brouillons, esquisses. Par un étrange phénomène, l’oeuvre réalisée ainsi apportera la gloire à son auteur, mais sa compagne subit l’irrésistible attrait du teneur d’harmonium. Les grands noms de la culture défilent : Malraux, Aragon, Sartre, Dubuffet, Matisse, Dufy, Nimier… Jusqu’à sa mort, Giselle entretient des relations avec ses protégés devenus célèbres, tout en gérant les conflits familiaux de ses trois enfants. Elle lègue ses inestimables collections à l’État dont la navrante impéritie aura tôt fait de réduire à néant ce patrimoine et d’enlever son âme à Roncenay.

 

Rêve et fantaisie se mêlent à la réalité dans ce récit incertain, vif et coloré. L’auteur y met un ton léger et ironique, malheureusement desservi par un français pauvre et incorrect. Dans la dernière partie, il dénonce avec vigueur la consternante incompétence des pouvoirs publics et fait le procès des “salisseurs de mémoire”.