Capitaine Lescop.

OLLIVIER Jean

C’est la fin de la flibuste ; les galions espagnols charg√©s d’or sont maintenant solidement escort√©s, et les navigateurs se reportent vers la Chine et ses porcelaines. Le Capitaine Lescop, un des plus hardis marins de l’√©poque, d√©cide de se lancer dans le commerce des √©pices, mais les Hollandais de Batavia tiennent √† leur monopole. Apr√®s de nombreuses aventures, il se dirige vers Saint-Malo o√Ļ il deviendra corsaire pour attaquer les Anglais ; il √©pousera la fille d’un armateur et fera fortune‚Ķ

Ce cinqui√®me volume d’une saga maritime (Cf. La Castille d’Or, N.B. mai 2003), tr√®s document√© sur la navigation √† voile et les √©v√©nements de l’√©poque, fourmille d’aventures, rien n’y manque, abordages, indig√®nes sauvages ou amicaux, belle princesse en difficult√©, temp√™tes sur la mer et dans les coeurs ; le Capitaine est un fougueux marin qui multiplie les √©bats amoureux √† chaque escale. Le r√©cit serait palpitant si tous ces hommes de mer n’√©taient pas si bavards‚Ķ Quant aux sc√®nes √©rotiques, elles ralentissent le rythme, aussi l’amateur d’aventures ¬ę¬†flibusti√®res¬†¬Ľ risque-t-il d’√™tre d√©√ßu.