Cambodge. Pour un Sourire d’Enfant

LAGARDE France de

En 1995, Christian et Marie-France des Palli√®res, jeunes retrait√©s fran√ßais de passage dans un Cambodge meurtri, mis√©rable et moralement bless√© apr√®s le g√©nocide, d√©couvrent la d√©charge publique de Pnom Penh. L’enfer : sur sept hectares, une nu√©e de tout jeunes chiffonniers munis de crochets travaillent pieds nus, vivent et se nourrissent sur cette montagne d’immondices pestilentielles au risque de mourir broy√©s par les bennes √† ordures qui d√©chargent. Comment regarder cela sans rien faire ? Agir devient pour eux une urgence absolue, un d√©fi incroyable. Chaque matin ils apportent un l√©ger repas √† trente enfants particuli√®rement en d√©tresse, visitent les familles. Ils fondent leur association ¬ę Pour un Sourire d’Enfant ¬Ľ (PSE). Aujourd’hui ce sont quatre mille enfants, pris en charge, aim√©s, √©cout√©s, nourris, scolaris√©s, form√©s professionnellement ; un internat est r√©serv√© aux enfants abandonn√©s ou battus, violent√©s, vendus et rachet√©s par l’association. Une journaliste passionn√©e raconte l’aventure de PSE, de ses fondateurs, animateurs, parrains dans toute l’Europe, et des nombreux collaborateurs cambodgiens : incroyable r√©ussite alliant pragmatisme, efficacit√© et tendresse. Tous sont r√©compens√©s par le sourire de ces enfants martyrs qui retrouvent peu √† peu la joie de vivre.