Bleu cerise

MURAIL Lorris

À Rohrbourg, petite ville de Lorraine, les militaires qui reprĂ©sentaient le tiers de la population s’en vont, redĂ©ploiement des rĂ©giments oblige. Pour la population, c’est une catastrophe, signifiant baisse de l’activitĂ© Ă©conomique et chĂŽmage. Aussi quand Élodie, lycĂ©enne de premiĂšre, dĂ©couvre sur le champ d’exercice dĂ©saffectĂ© le cadavre d’un suicidĂ©, l’explication semble Ă©vidente. MalgrĂ© elle, l’adolescente se retrouve porte-parole de la famille du mort, dont le fils aĂźnĂ© rĂ©fute l’hypothĂšse du suicide.

Les consĂ©quences sociales du dĂ©part des garnisons sur les petites villes au contexte Ă©conomique dĂ©jĂ  fragile sont bien dĂ©crites, ainsi que l’exploitation mĂ©diatique de l’Ă©vĂ©nement dramatique par la journaliste locale et les promesses sans lendemain des politiciens. L’hĂ©roĂŻne, adolescente intĂšgre, sĂ©rieuse et responsable, est en quĂȘte de vĂ©ritĂ©, mais son idĂ©al sera battu en brĂšche par les rĂ©alitĂ©s morales et matĂ©rielles. Une Ă©criture acadĂ©mique entretient un certain ennui : cette rĂ©flexion nuancĂ©e n’est pas une enquĂȘte trĂ©pidante, mais plutĂŽt une sorte de parcours initiatique un peu amer, qui se termine sur une note plus douce.