Black Op 1.

DESBERG Stephen, LABIANO Hugues

1945, Floyd Whitman apprend la mort de son père, tué par ces « salauds de communistes ». 2003, il enquête en Floride sur des fraudes électorales dans lesquelles la mafia russe serait impliquée. Auparavant dans les années 60, avec son ami Trent, il entre à la CIA pour lutter contre les communistes. Premier poste en Inde où il négocie, avec un officier du KGB qui joue un double jeu, la fuite d’un physicien nucléaire russe en plein hiver par les montagnes du Cachemire.

Les flash-backs abondent dans un premier épisode qui veut présenter les différents personnages, leurs liens présents et passés… et fidéliser le lecteur ! Le dessin réaliste est lisible, même s’il abuse un peu des visages aux ombrés trop accusés et offre des silhouettes malingres, parfois maladroitement dessinées. Le texte est perdu dans des bulles octogonales envahissantes. En dépit de ces défauts mineurs, ce premier opus suscite l’intérêt par son intrigue habilement ourlée.