Zone est

LEDUN Marin

Il y a trente-cinq ans, un nanovirus a √©chapp√© √† ses cr√©ateurs, a mut√© et s’est multipli√©, ravageant hommes, faune et flore. Depuis, une population survit tant bien que mal √† l’abri des murs g√©ants qui prot√®gent la Zone Est, dans des villes souterraines. Les humains, endommag√©s par le virus, sont tous r√©par√©s de bric et de broc √† l’aide de proth√®ses et d’√©lectronique, et surveill√©s via des puces. Thomas Zigler, sp√©cialiste du transfert de m√©moire, d√©couvre lors d’une mission qu’une humaine en bon √©tat a √©t√© aper√ßue : d’o√Ļ vient-elle ? Se pourrait-il que le virus ait cess√© d’agir ? Une enqu√™te dangereuse commence.

 

Efficace, le roman d√©marre rapidement, dans une ambiance sombre et inqui√©tante, sur fond de d√©cor post-apocalyptique bien traduit par des descriptions r√©currentes. Cette anticipation noire et coh√©rente s’inscrit dans la continuit√© de Marketing viral (NB juillet 2008) ; le concept d’implants oculaires perfectionn√©s est int√©ressant, donnant lieu √† de nombreux d√©veloppements, pas toujours tr√®s clairs. Les nombreuses sc√®nes d’action alternent avec les r√©flexions du h√©ros et les r√©v√©lations parfois complexes, distill√©es de mani√®re √† maintenir le suspense jusqu’au bout.