Voyons voir

KINCAID Jamaica

Mr et Mrs Sweet habitent dans un petit village de Nouvelle-Angleterre la maison où vécut Shirley Jackson, célèbre écrivain de thrillers fantastiques. Ils ont deux enfants, la belle Persephone et un garçon, Heracles. Selon les dires de Mr Sweet – ah, si seulement il avait écouté sa mère – Mrs Sweet est bestiale, primaire, juste descendue d’un bananier, alors que lui, quoique petit, doté d’une face de rongeur est un pur produit anglo-saxon. Mrs Sweet tricote beaucoup, vénère son prince de mari et son fils. Mr Sweet est musicien, vibre avec Chostakovitch, hait sa femme, intensément.   Jamaica Kincaid (Mr Potter, NB décembre 2004) n’avait rien écrit depuis dix ans et s’est probablement inspirée de sa propre histoire pour décrire avec une implacable férocité les sentiments d’un homme amer et déçu, d’un couple en échec. Une histoire tristement classique, n’était son écriture : une utilisation parcimonieuse de paragraphes, opposée à une abondance de virgules, des phrases s’étirant dans une débauche d’incises menant bien loin du début, des considérations sur la notion de temps. Tout pour égarer un lecteur peu concentré et en manque de clés. Dommage, il y a, çà et là, d’excellentes descriptions. (M.-F.C. et C.-M.T.)