Vie et mort de la Cellule Trudaine

CARPENTIER Christophe

Cadet souffre-douleur d‚Äôun a√ģn√© dominateur, Aldous Randall acquiert tr√®s t√īt la conviction que la dysharmonie du monde vient de la soif de pouvoir et de la vanit√© des hommes et des soci√©t√©s. Vision proph√©tique qui lui autoconf√®re une mission : b√Ętir une ‚ÄúSoci√©t√© Nouvelle‚ÄĚ humble et nivel√©e, non comp√©titive. Ce combat √©volue assez vite vers une id√©ologie totalitaire et une implacable gu√©rilla contre l‚Äôhumanit√© narcissique, aid√© en cela par un contexte g√©opolitique dramatique entre 2013 et 2048. ¬†Premier roman d‚Äôanticipation brillant et inqui√©tant, le livre est aussi une satire tr√®s noire et pessimiste des tristes r√©alit√©s de notre √©poque dont la projection, dans un avenir proche, conduit √† un chaos apocalyptique. Cette √©pop√©e vers un Meilleur des mondes √† la Aldous Huxley s’essouffle, dans sa partie centrale, sous le poids des d√©tails et des d√©veloppements conceptuels verbeux, avant de repartir avec brio. On salue l‚Äôing√©niosit√© et l’imagination de l‚Äôauteur qui donnent √† sa fiction, efficacement racont√©e sous forme de journal, blog ou biographie, une bien troublante r√©sonance.