Va-t-en, Alfred !

PINEUR Catherine

Dr√īle d’oiseau, dit-on, et Alfred s’en va tirant sa chaise, son seul bien. Va-t-en ici c’est trop petit, lui lancent deux oiseaux install√©s dans leur pavillon sur branche. Va-t-en maman ne serait pas d’accord, p√©pient trois oisillons. Et quand il grimpe sur les fils √©lectriques, les occupants le chassent : leur perchoir improvis√© ne supporterait pas le poids de sa chaise. Il avise un √©chafaudage √† l’√©cart, un vrai nid perch√© d’o√Ļ Sonia au long bec l’observe. Un caf√© plus tard on papote.Dr√īle d’oiseau vraiment ; son couvre-chef lui donne l’air d’un Africain, son gros bec tristement pench√© √©voque un marabout. Ses yeux tristes disent son d√©sarroi alors que les autres, oiseaux de haut vol, le regardent de haut. Sonia aussi fait d’abord mine de ne pas le voir, car la nuit tombe. Solitaire, √† l’√©cart, elle finit par accueillir ce SDF qui d√©range. En quelques mots et des dessins expressifs, ce petit livre parle d’exclusion. 4 ans. (R.F.)