Tout d’un loup

ELSCHNER Géraldine, GUILLOPPÉ Antoine

Il raconte avec retenue, sans jouer sur la corde sensible, la douloureuse aventure d’un chien qui  avait « tout d’un loup ». Sa sauvage beauté -crocs blancs et oreilles pointues- éloignait de sa cage les visiteurs du chenil en mal d’adoption. Jusqu’à ce jour de chance où un homme s’est arrêté.

Un très joli récit pour raconter de l’intérieur l’histoire d’un exclu et son dénouement heureux. Dans une langue simple, le personnage-narrateur nous prend à témoin plus qu’à parti, sans colère ni vindicte. Le registre n’est pas celui de la dénonciation mais celui de la confiance en l’Homme. La mise en image, en noir et blanc, mat et brillant, avec quelques touches de couleur, joue de la diversité des cadrages pour dramatiser l’histoire. Mettant à profit l’ampleur de la double page, le dessin épouse, de gauche à droite, le sens de la narration. Les gros plans alternent avec des plans larges en ombres chinoises, au service de l’émotion et de la poésie.