Une jeunesse perdue

ROUART Jean-Marie

Mari√© √† une riche sous-pr√©f√®te du centre de la France, il m√®ne √† Saint-Germain-des-Pr√©s une vie ind√©pendante et agr√©able o√Ļ il dirige une revue d‚Äôart renomm√©e. Mais, sous son apparence d‚Äôesth√®te et de sage, il est hant√© par la vieillesse qui le menace. Les femmes ne le regardent plus avec gourmandise comme avant. Une aubaine inesp√©r√©e le met en pr√©sence de Valentina, une jeune Russe volcanique qui le fait basculer dans un ab√ģme de d√©sirs et de folie.¬†¬†¬†¬†Jean-Marie Rouart (Ces amis qui enchantent la vie : passions litt√©raires, NB janvier 2016) d√©peint son h√©ros avec justesse et ironie. Il en fait ¬ę un exil√© du d√©sir ¬Ľ, vieux barbon lorgnant les jupes courtes des femmes quand le printemps arrive. Il excelle dans la description de cette voluptueuse et intrigante cr√©ature √† la beaut√© du diable, insaisissable et fantasque, qui s√®me la temp√™te partout o√Ļ elle passe. D‚Äôune √©criture agr√©ablement sophistiqu√©e, il analyse les affres de la passion, les d√©mons de la jalousie et les d√©sordres qu‚Äôelle engendre. Voici un roman aussi l√©ger qu‚Äôune bulle iris√©e qui se lit avec le plus grand plaisir. (C.R.-G. et C.-M.T.)