Un lit pour deux : la tendre guerre

KAUFMANN Jean-Claude

Le lit est au coeur de la réalité quotidienne et de la vie de couple. C’est le lieu où chacun naît, meurt, mais surtout dort selon un rituel bien enraciné. Là s’accomplissent les activités parfois étranges (lire, manger, travailler…), là se déroulent les ébats amoureux, s’échangent les confidences, se scellent les réconciliations. Mais une fois passée la période fusionnelle, les individus soucieux de leur confort supportent parfois mal les habitudes, les ronflements et l’agitation de l’autre. Alors le choix d’un lit plus vaste ou d’une chambre à part devient plus fréquent, surtout chez les seniors au sommeil léger. Jean-Claude Kaufmann (La guerre des fesses : minceur, rondeurs et beauté, NB mars 2014), sociologue, chercheur et essayiste, part de témoignages d’internautes pour s’interroger sur la norme d’un lit pour deux. Il y débusque une contradiction. D’un côté la couche conjugale, produit de l’histoire, est devenue symbole de l’amour, et la proximité cimente le couple. De l’autre, le courant individualiste pousse à privilégier l’autonomie : les désagréments de la promiscuité peuvent l’emporter sur le désir d’intimité. Ce document sur un sujet qui se veut sérieux est traité avec humour et légèreté. Facile à lire, descriptif et assez répétitif, il conduit chacun à interpréter ses propres comportements.