Un juge s’en va.

LÈGUEVAQUE Laurent

Après quinze ans d’exercice dans la magistrature en qualité de juge d’instruction, Laurent Lèguevaque démissionne, claquant la porte en janvier 2005. Libéré de l’obligation de réserve, il se défoule. Dès son entrée à la prestigieuse École Nationale de la Magistrature (ENM), il a du mal à supporter ses futurs collègues, les “bébés-juges” ; comme des “obsédés textuels” dépourvus de sens de l’humain, ils se laissent formater dans un monde qui ne lui convient pas mais… il a malgré tout tenté l’aventure. Que de déceptions l’attendaient : une hiérarchie de type militaire, d’après lui, avant tout préoccupée de son avancement ; des dossiers lourds, souvent écoeurants ; une endémique pénurie de moyens, une énorme responsabilité pesant sur les décisions : suicides, vies brisées, représailles… en bref, une énorme désillusion et une vive colère envers la justice en tant qu’institution.

 

Une caricature ? Le lecteur ose l’espérer, car la lecture de ce témoignage, qui ne fait pas dans la nuance, laisse le justiciable déstabilisé et le citoyen inquiet.