Tu me trouveras au bout du monde

BARREAU Nicolas

Dans un quartier chic de Paris, le jeune galeriste Jean-Luc Champollion est un vrai tombeur. Son point faible ? Une certaine réticence vis-à-vis des lettres d’amour depuis un camouflet infligé à l’adolescence par une fille de son âge. Or une belle inconnue l’entraîne à nouveau dans ce genre d’exercice en lui déclarant sa flamme par écrit. S’engage entre eux une correspondance érotico-sentimentale inspirée du XVIIIe siècle, assortie d’énigmatiques rendez-vous, toujours manqués. La curiosité du Don Juan est piquée au point de le rendre fou amoureux. Mais la belle se dérobe toujours et encore. Qui est donc cette excitante inconnue ? Légère et libertine, cette fable croque habilement le périmètre germanopratin et sa pittoresque faune. Le récit est vif, l’atmosphère plutôt joyeuse, même si le scénario rappelle celui du dernier succès de l’auteur (Le sourire des femmes, NB mars 2014). Il s’articule cependant autour d’une relation épistolaire à prétention littéraire, censée rendre amoureux par le seul pouvoir des mots. Et là le compte n’y est pas. Les échanges débouchent sur des propos banals qui font préférer les péripéties mondaines bien plus stimulantes du sympathique héros et de son chien Cézanne.