Tremen

BOS Pim

Dans un paysage d√©sertique, un personnage habill√© en cosmonaute manipule une sph√®re flottant dans l‚Äôair. La sph√®re s‚Äôenvole, il la retient, avant d‚Äô√™tre emport√© avec elle‚Ķ et de retomber droit sur un m√Ęt, embroch√© net. √Čclabouss√©s par le sang de leur coll√®gue, deux autres cosmonautes constatent le malheureux accident. Plus loin, ou plus tard, un bibendum sinistre et effrayant se prom√®ne engonc√© dans un quadrup√®de √† quatre yeux. Comme son √©trange monture, il doit r√©guli√®rement se recharger √† l‚Äôaide d‚Äôune pompe. Il erre entre un bar, un mus√©e, et un mar√©cage inqui√©tant‚Ķ¬†O√Ļ sommes nous ? Qui sont ces personnages monstrueux, mi cr√©atures biologiques, mi robots ? Que font-ils, √† s‚Äôattaquer ainsi les uns les autres ? L‚Äôambiance et son traitement rappellent l‚Äôunivers post-atomique du film Le Dernier Combat de Luc Besson et les BD de Bilal. Mais cet album de Pim Bos, sans parole, aux images captivantes, et √† la narration incompr√©hensible, est finalement tout √† fait inclassable. On se r√©veille vite de ce court cauchemar, plut√īt amus√© de ne pas avoir trouv√© la clef. ¬ę Tremen ¬Ľ signifierait ¬ę passage ¬Ľ en breton. Une piste ? L√† encore, on s√®che‚Ķ (A.J. et V.L.)