The Night

BLANCO CALDER√ďN Rodrigo

Caracas 2010. Alors que le Venezuela sombre dans le marasme et que les pannes d‚Äô√©lectricit√© se multiplient dans la capitale, le destin entrem√™l√© de trois hommes tisse un √©trange canevas. Un psychiatre, trop intime avec ses malades, noue des relations amicales avec un patient, √©crivain frustr√©, sp√©cialiste de policiers gothiques et animateur d‚Äôateliers d‚Äô√©criture, et avec un publicitaire obsessionnel, fou d‚Äôanagrammes et de palindromes. Tandis que l’√©crivain poursuit la r√©daction de¬†The Night,¬†sa derni√®re fiction, les deux autres se coulent dans son r√©cit‚Ķ¬†¬†¬†Dans cet enchev√™trement d‚Äôhistoires, il est bien difficile de d√©m√™ler les fils de ce roman baroque d‚Äôune grande vitalit√© et fort peu rationnel. Sur fond politique o√Ļ dysfonctionnements et crimes sont quotidiens, les h√©ros de Blanco Calder√≥n ‚Äď jeune auteur v√©n√©zu√©lien prometteur ‚Äď tracent leur route, voyagent dans le monde entier, rencontrent ou lisent des √©crivains d‚Äôavant-garde du XXe si√®cle, se bercent de musique rock ou de r√™ves, peinent √† harmoniser leur vie sentimentale. Quand le passionn√© de jeux de mots entre en sc√®ne, la lecture devient alors franchement divertissante. Fable grin√ßante en forme de labyrinthe dont la cadence maintient en haleine, mais dont la complexit√© peut stimuler ou rebuter. (L.K. et M.Bo.)