Sous ses yeux

ARMSTRONG Ross

Lily Gullick travaille dans le marketing mĂ©dical. Aiden, son mari, est scĂ©nariste. Ils vivent dans le nord de Londres, dans un quartier en cours de rĂ©novation et de gentrification. Mais des constructions des annĂ©es 60 sont encore habitĂ©es… Lily souffre d’insomnies et d’un besoin impĂ©rieux et pervers de surveiller ses voisins Ă  la jumelle sous le prĂ©texte d’observer des oiseaux. Lorsqu’une jeune Ă©tudiante disparaĂźt et qu’une voisine est assassinĂ©e, Lily croit repĂ©rer l’Ă©ventuel assassin
   Sous forme de journal Ă  la premiĂšre personne et destinĂ© Ă  son pĂšre, la narratrice de ce premier roman exprime fiĂ©vreusement ses angoisses. De nombreuses phrases, Ă  peine Ă©bauchĂ©es, s’enchaĂźnent sur un rythme saccadĂ© et obsessionnel, rĂ©vĂ©lant un dĂ©sĂ©quilibre inquiĂ©tant. Dans une ambiance urbaine oĂč la mixitĂ© sociale, les dĂ©molitions et les expulsions sont scandĂ©es par les coups de boutoir des boules d’acier sur les immeubles condamnĂ©s, la fĂ©brilitĂ© de l’hĂ©roĂŻne entretient une certaine tension et l’imminence d’un danger. Cependant les en-tĂȘtes de chapitres, un brin sibyllins, qui se rĂ©fĂšrent au monde ornithologique, sans pour autant convaincre, ainsi que les multiples poursuites et la chute, ne crĂ©ent pas un vrai suspense. Une version romanesque de FenĂȘtre sur cour (Hitchcock) qui risque de dĂ©cevoir.   (M.Bi. et A.-M.D.)