Sartre

RAMADIER Mathilde, DEPOMMIER Ana√Įs

Le jeune Jean-Paul, fils d’Anne-Marie Schweitzer et de Jean-Baptiste Sartre montrait tr√®s t√īt une app√©tence pour la litt√©rature, confirm√©e plus tard par son entr√©e √† Normale. C’est l√† qu’il voit la philosophie comme le socle n√©cessaire de la litt√©rature. L√† aussi qu’il commence √† s’en prendre aux catholiques et rencontre Merleau-Ponty et surtout Simone de Beauvoir qui sera son √©g√©rie jusqu’√† la fin de sa vie. √Ä Berlin, dans les ann√©es 1933-1934, il s’initie √† la ph√©nom√©nologie de Husserl et, en 1938, publie La Naus√©e, son premier grand roman philosophique. Cela lui valut le d√©but d’une notori√©t√© qui, s’√©largissant au fil de ses nombreuses publications, a fait de lui un des auteurs marquants du XXi√®me si√®cle.

Montrer en quelques 150 planches l’essentiel de la vie et de l‚Äôoeuvre de Sartre, est une performance √† laquelle l’auteure, elle-m√™me normalienne, s’est attaqu√© avec succ√®s. L’abondance de la mati√®re l’a toutefois contrainte √† arr√™ter le sc√©nario √† l’ann√©e 1964 et √† r√©sumer en une page les seize derni√®res ann√©es de la biographie. Vif, clair et expressif, le dessin laisse une grande place aux dialogues et √† des textes explicatifs. (P.P. et C.D.)