Rosangella

CORBEYRAN, BERLION Olivier

& & &

 

Rosangella fait tourner son man√®ge, aid√©e par ses fils et sa fille. La vie est difficile ; Manu, l’a√ģn√©, sort de prison apr√®s un braquage qui a mal tourn√©, mais elle peut enfin oublier Max qui l’a tant fait souffrir, et pr√™ter l’oreille aux paroles de Jo le vigile, un dur au coeur tendre. Mais un jour, Max repara√ģt et veut organiser une f√™te pour les dix-huit ans de leur fille Lisa.

Beau portrait de femme, romance douce-amère aux accents rétro contée par Lisa : la fête dans un troquet perdu au milieu de nulle part, le manège, le macho dominateur, le vigile silencieux qui veille tel le destin, constituent un petit monde qui évoque un réalisme poétique à la Prévert. Le dessin de Berlion y participe avec de belles peintures aux dominantes ocrées qui rendent avec délicatesse une ambiance sordide.