Ritournelle de la faim

LE CL√ČZIO J.M.G.

Ethel garde intact le souvenir du pavillon de l‚ÄôInde fran√ßaise √† l‚ÄôExposition coloniale de 1931, acquis par son grand-oncle pour le faire reconstruire sur son propre terrain. Il meurt avant de r√©aliser son projet, ayant fait d‚Äôelle son h√©riti√®re. Les parents d‚ÄôEthel, Mauriciens install√©s √† Paris, l√©gers et immatures, dilapideront la fortune. Ethel est d√©√ßue par la soci√©t√© qu‚Äôils fr√©quentent, par son amie de coeur X√©nia, fille d‚Äô√©migr√©s russes. Jeune fille, elle subit les chocs de la guerre, de la fuite, de la pauvret√©, de la faim. ¬†Parcours initiatique que celui d‚ÄôEthel, √©ternelle affam√©e, qui ne se console pas de la disparition du grand-oncle, se heurte √† l‚Äôinsouciance du p√®re, √† l‚Äôinconsistance de la m√®re, √† la s√©cheresse de X√©nia, et qui per√ßoit les travers de la soci√©t√© frelat√©e que fr√©quente sa famille. Dans un miracle d’√©criture, J.M.G. Le Cl√©zio recr√©e la vie dans la soci√©t√© fran√ßaise des ann√©es trente et conte le cheminement d’une h√©ro√Įne qui construit peu √† peu sa personnalit√©. Une h√©ro√Įne qui s’av√®re, dans les derni√®res pages, lui √™tre tr√®s proche. Un grand et beau Le Cl√©zio.