Rien ne vaut la douceur du foyer.

CLARK Mary Higgins

Celia Nolan, mĂšre d’un petit Jack nĂ© d’un premier mariage, s’est remariĂ©e deux ans aprĂšs la mort de son Ă©poux avec Alex Nolan, avocat Ă  New York. Pour son anniversaire, Alex lui fait la surprise de lui offrir une maison situĂ©e dans le New Jersey, qui n’est autre que
 celle oĂč Celia a passĂ© son enfance sous le nom de Liza Barton, dans laquelle un drame s’Ă©tait produit : « la petite Lizzie », alors ĂągĂ©e de dix ans, avait tuĂ© sa mĂšre pour la protĂ©ger des brutalitĂ©s de son beau-pĂšre. Bien qu’innocentĂ©e par la justice, son histoire est restĂ©e dans les mĂ©moires et, alors qu’une sĂ©rie de meurtres se produisent dans la rĂ©gion, Celia est immĂ©diatement soupçonnĂ©e.  L’intrigue est habilement construite sur le plan psychologique, Mary Higgins Clark promĂšne le lecteur Ă  travers un scĂ©nario bien ficelĂ© dans une atmosphĂšre de faux-semblants. On retrouve le savoir-faire de cet auteur prolifique (cf. La nuit est mon royaume, NB juin 2004) qui ne déçoit pas mais n’Ă©tonne plus vraiment.