Que les ombres passent aux aveux

LALAURY Cedric

Pour prendre un nouveau dĂ©part, Jessie, aprĂšs un drame familial dĂ» Ă  son addiction Ă  l’alcool, se rĂ©fugie chez son grand-pĂšre dans le Kentucky. A la mort de ce dernier tendrement aimĂ©, survient un courrier Ă©trange provenant de Keowe, en Caroline du sud. Depuis des lustres, son « grand-pa » avait Ă©voquĂ© ce lieu, sans s’y arrĂȘter, comme Ă©tant un berceau familial. LĂ , il y a trente ans, un certain Webson s’est suicidĂ© aprĂšs avoir tuĂ© sa femme et sa fille. Le fils a disparu. IntriguĂ©e, Jessie dĂ©cide d’enquĂȘter pour Ă©crire un livre.  AprĂšs le succĂšs d’Il est toujours minuit quelque part (Prix Kobo 2017), Cedric Lalaury rĂ©cidive dans la mĂȘme veine. Il offre une peinture psychologique dĂ©licate, comprĂ©hensive, presque affectueuse, que l’on devine pleine de failles, des habitants qui s’ennuient un brin dans cette bourgade retirĂ©e. Entre silences, mensonges, mises en scĂšnes, compromissions, mĂ©disances, ragots, confidences, confessions, culpabilitĂ©s, voire croyances occultes, les recherches de l’hĂ©roĂŻne piĂ©tinent, avancent, reculent. La recette des secrets bien gardĂ©s du passĂ© n’est pas neuve, mais n’en est pas moins efficace. De nombreuses fausses pistes et des rebondissements maintiennent le suspense et font de ce thriller une lecture facile et distrayante.