Prunelle de mes yeux

BRAMI Élisabeth, DAISA Karine

& & &  

 

Erreur d’aiguillage ? Élisabeth Brami et Karine Daisa ont envoyĂ© au pays de l’enfance un petit livre Ă  l’écriture brĂšve, en osmose profonde avec de magnifiques paysages surrĂ©alistes oĂč se dĂ©roule un drame muet entre personnages invisibles. La petite voiture rouge symbolise l’enfant, une paire d’escarpins sa mĂšre. « Prunelle de mes yeux », comme l’appelle celle-ci, voit un jour se faufiler, entre lui et elle, un inconnu, apparu et disparu comme un lĂ©zard, mais un petit lĂ©zardeau s’est cachĂ© dans le ventre maternel, et c’est lui maintenant le trĂ©sor. S’il pouvait disparaĂźtre ! HĂ©las les voeux dĂ©sespĂ©rĂ©s parfois se rĂ©alisent, entraĂźnant des fins cruelles. Maman disparaĂźt. Le train l’a emportĂ©e ?

Difficile Ă  dĂ©poser entre les mains d’un enfant, ce petit album exprime avec justesse les sentiments parfois tragiques qu’un enfant peut vivre.