Peur de son ombre.

BILLINGHAM Mark

Londres un soir de d√©cembre 2001 : un homme aux aguets rep√®re sa proie¬†‚Ästune femme¬†‚Ästdans une gare, la suit jusque chez elle et l‚Äô√©trangle sous les yeux de Charlie, son petit gar√ßon de cinq ans. √Ä quelque distance de l√†, une autre femme est √©trangl√©e moins sauvagement. Cinq mois plus t√īt deux femmes ont √©t√© poignard√©es, l‚Äôune plus ‚Äúd√©licatement‚ÄĚ que l‚Äôautre. L’inclassable inspecteur Thorne, Section Crimes Graves Unit√© 3, hant√© par le regard de Charlie, est tr√®s d√©termin√©, pr√™t √† compromettre sa carri√®re pour confondre les criminels. L’enqu√™te le ram√®ne √† l’adolescence des deux assassins, un dominant pervers, sadique, manipulateur, et le maillon faible du tandem, un domin√© maladroit qui tue en pleurant.

 

D’abord d√©sorient√© par la construction du livre qui alterne pass√©, pr√©sent, vie personnelle des enqu√™teurs, r√©flexion des tueurs, le lecteur est peu √† peu captiv√© par un sc√©nario machiav√©lique. Le premier roman de Mark Billingham Dernier battement de cil (N.B. d√©c. 2005) avait √©t√© favorablement accueilli, le second ne d√©√ßoit pas.