Perdre le nord

PANURGIAS Basile

Apr√®s des d√©buts prometteurs, un √©crivain parisien voit sa vie familiale et son projet artistique tomber dans le marasme et l’ennui. Lass√©e, sa femme danoise le quitte et repart vivre √† Copenhague avec leur petite fille. √Ä Bruxelles o√Ļ il s’est install√© pour des raisons √©conomiques, il entame une liaison avec Sonia. Lorsque la jeune femme est convoit√©e par un grand √©diteur parisien, il laisse courir car il a une autre id√©e en t√™te. Mais rien ne tourne comme pr√©vu, ni pour lui, ni pour Sonia.¬†¬†Comme d√©j√† dans Le pinkie-pinkie (NB f√©vrier 2006), Basile Panurgias met son √©criture moderne au service d’un ton d√©tach√© et d√©routant qu’il vaut mieux prendre au second degr√© pour ne pas s’agacer de la nonchalance de son h√©ros-narrateur chahut√© d’une gal√®re √† l’autre. Dans ce maelstr√∂m sentimental et professionnel¬†¬†tragi-comique, un seul rep√®re, une seule issue : la litt√©rature. La ¬ę vraie ¬Ľ litt√©rature, classique, r√©confortante, et la litt√©rature d’aujourd’hui menac√©e d’industrialisation avec Internet, Amazon… L’auteur met au coeur de la fiction romanesque une r√©flexion autobiographique approfondie sur l’√©volution des m√©tiers du livre : √©criture, √©dition, distribution. Un audacieux m√©lange des genres, partiellement r√©ussi. (T.R. et A.Le.)