Les restes de Jean-Jacques

STASSE Pierre

Le narrateur, jeune homme nonchalant, est chassé à coups de carabine par son amie car il a oublié d’acheter les croquettes de Jean-Jacques, teckel choyé par sa maîtresse. Il cherche refuge chez ses seuls et merveilleux amis d’enfance, un frère et sa soeur, jeunes Russes vivant à Paris. Il y rencontre une dame d’âge mûr, célèbre écrivain de romans de gare « hard ». Après avoir occupé quelque temps le lit de celle-ci, il revient à son amour de jeunesse, la soeur de son ami, évidemment ! Quant au frère, il accède à la gloire médiatique avec son premier roman.

 

Ces personnages, tout amour et amitié, pourraient flotter sur l’eau de rose, mais l’auteur a préféré assaisonner celle-ci de remarques piquantes. Les épisodes cascadent, sans grande vraisemblance. Ce premier roman, un peu fou, se démarque par un ton résolument original, quelques trouvailles verbales réussies et une satire du monde de l’édition, mais il n’amuse guère.