Patte-blanche ; ill. d’Ana√Įs Vaugelade.

MURAIL Marie-Aude

Pris au pi√®ge, le sauvage loup blanc s‚Äôest sauv√© en se coupant lui-m√™me la patte. Messire Johan l‚Äôa apport√©e au roi, se vantant d‚Äôavoir¬† tu√© le terrible animal, remportant ainsi la r√©compense de dix mille √©cus. Mal lui en a pris, car sa fille,¬† jumelle de son fils Thomas, est n√©e avec une patte blanche de loup et a √©t√© aussit√īt mise au secret par son p√®re horrifi√©. R√©unis huit ans plus tard, les deux enfants n‚Äôh√©sitent pas √† affronter le loup sorcier et, par son courage, Thomas r√©ussira √† lever la mal√©diction. Son p√®re, plein de remords, fera don de la r√©compense pour soigner des enfants estropi√©s.

Bonne initiation √† l’ambiance du Moyen √āge, ce r√©cit en forme de conte alerte joue sur des √©preuves assez cruelles pour frissonner, et appelle au courage devant le danger, √† la solidarit√© devant le handicap. Les illustrations au trait rapide courent avec dynamisme au travers des pages, encourageant un lecteur d√©butant. La derni√®re image montre une bande d‚Äôenfants, cul-de-jatte ou pattes ¬ę¬†bizardes¬†¬Ľ, r√©unis en une ribambelle joyeuse, au sourire victorieux.