Parking de nuit

HEITZ Bruno

La nuit tout dort… ou presque : dans le garage, les voitures chuchotent dans leur dortoir et ressassent leurs griefs contre leurs conducteurs. La berline s’est accroch√©e contre une borne. Le 4×4 se moque d’elle : avec ses pare-buffles, il ne craint rien. O√Ļ donc des buffles, se moque la 2CV ? Moi, je suis une voiture de collection. Et vous polluez toutes, ronchonne la voiture √©lectrique, il faudrait vous interdire en ville. La camionnette surmen√©e n’aurait rien √† redire √† l’interdiction des v√©hicules Diesel. Pouet ! Pouet ! Voil√† une dr√īle de petite voiture pourvue de deux volants et d’un klaxon en poire. √Čchapp√©e du man√®ge voisin, elle a bloqu√© la caisse automatique et propose une balade √† l’ext√©rieur.¬†L’image campe des silhouettes blanc/gris sur fond anthracite ou gris clair, seule l’intruse a des √©l√©ments blancs. Ces sortes de nuages non cern√©s, parfaitement reconnaissables, sont comment√©es en lettres noires. On voit la cohue des 2CV, le marteau crois√© avec une cl√©, la prise √©lectrique. Et puis le bleu envahit la page o√Ļ le texte s’√©crit en blanc. La voiture dr√īlette am√®ne son grain de folie, mais les autres refusent, chacune a son devoir demain, quand arrivent les chauffeurs qui ont certes pass√© le temps du man√®ge. Dommage ! Mais quelle r√©ussite ! (R.F.)