Orignal

RADIGU√ąS Max de

Comme tous les jours, Joe tra√ģne. Se rendre au lyc√©e est une √©preuve car il est pers√©cut√© par Jason, un √©l√®ve de sa classe. Pour l’√©viter, l’adolescent ne prend plus le bus scolaire, et traverse la for√™t, dont le calme l’apaise, et o√Ļ il croise un orignal. La journ√©e s’√©coule, entre fuite (des r√©cr√©ations √† lire dans le placard √† balais, le refuge de l’infirmerie) et souffrance sous la hargne inventive de Jason, qui provoque finalement sa r√©action. D√©cid√© √† se venger de cette r√©bellion, le bourreau suit sa victime √† travers les bois, apr√®s les cours…

 

Les rapports hostiles entre les deux adolescents, la traque incessante, l’interrogation sur les limites de Jason (en a-t-il?), cr√©ent une tension permanente. Le dessin noir et blanc, au trait fin, centr√© sur le visage ouvert de Joe, engendre de l’empathie pour le gar√ßon. Le texte s’efface souvent au profit d’une √©tude des comportements, des regards, de l’environnement, qui excelle √† restituer une ambiance, et faire ressentir les √©motions des personnages, dans une approche quasi cin√©matographique. Les raisons de l’acharnement de Jason, et du silence de sa victime, ne sont donn√©es que tardivement, et l’album s’ach√®ve sur un dilemme moral int√©ressant et douloureux. Captivant.