Olimpia

MINARD Céline

Formulant des mal√©dictions impr√©catoires, Olimpia Maidalchini Pamphili, telle une furie d√©cha√ģn√©e, apostrophe violemment le pape Innocent X, fustige les puissants et voue aux g√©monies le peuple romain. ¬ę Papesse ¬Ľ du Vatican au XVIIe si√®cle sous le r√®gne de son beau-fr√®re et amant, un souverain pontife insignifiant qu‚Äôelle avait pouss√© jusqu‚Äôau tr√īne supr√™me, elle en fut chass√©e √† sa mort. Elle se r√©fugia √† Viterbe o√Ļ elle √©crivit la torrentielle, blasph√©matoire, scabreuse, encyclop√©dique diatribe que, ¬ę putain du pape ¬Ľ, elle lance √† la terre enti√®re.

 

Cette harangue initiale couvre l’essentiel de ce bref ouvrage dont le thème se démarque de fictions précédentes (cf. Le Dernier Monde, NB février 2007). Céline Minard prend le soin de situer cette philippique et d’en expliquer les tenants et aboutissants dans une deuxième partie. Dans un style foisonnant, flamboyant, souvent déroutant, sa puissante logorrhée fait certes preuve d’originalité, mais est en partie limitée par son érudition pédante et sacrilège.