Neuf causeries promenades

NYSSEN Hubert

Hubert Nyssen invite le lecteur à Neuf causeries promenades : il note les saveurs du hasard qui l’ont ramené en tant que “membre étranger” à l’Académie Royale de Belgique d’où, jeune étudiant, il s’était vite échappé, rend hommage à Victor Hugo et à ses prises de position politiques, surtout contre la peine de mort. Il raconte les « trois mille pages de Giono », correspondance témoin d’une relation de trente ans, les coïncidences qui le lient à Simenon, évoque Albert Cohen et Colette, digresse sur les arbres et conclut sur ce mas provençal enfin trouvé.  Dans ce mélange hétérogène de conférences, lettres ou essai, presque sur un ton de confidence, l’auteur vagabonde d’évocations personnelles en clins d’oeil littéraires, anecdotes érudites et pensées philosophiques, pour le plaisir du lecteur.