Ne me touche pas.

TESSON-MILLET Marie-Claude

Elles ne sont pas comme les autres, les cinq premi√®res nouvelles. Elles ont quelque chose de scientifique, d’anatomique. Le corps est pr√©sent, les instruments qui accompagnent le m√©decin et d’autres appareils, outils et machines, aussi. Qu’y a-t-il de commun entre la voix humaine et les gargouillis d’une chaudi√®re ? Une hallucination assist√©e par ordinateur peut-elle engendrer le bonheur ? La lutte d’un m√©decin pour la vie peut-elle √™tre contrecarr√©e par un pr√™tre qui se veut m√©decin de l’√Ęme ? Physique et psychisme se c√ītoient et se combattent en une all√©gorie un peu trop appuy√©e parfois. Les derni√®res nouvelles, elles, sont dr√īles, abruptes, mordantes. Une candidate au suicide capture un dangereux malfaiteur, une clocharde et une d√©sesp√©r√©e se trouvent bien des points communs‚Ķ √† l’h√īpital, une terroriste repentie d√©cide de donner la vie au lieu de donner la mort.

 

Marie-Claude Tesson-Millet, m√©decin qui a accompagn√© plusieurs missions humanitaires et a co-fond√© le ¬ę Quotidien du m√©decin ¬Ľ, a de l’imagination, un ton alerte, une √©criture int√©ressante, qui retiennent l’attention d√®s ce premier recueil.