Mont-Perdu.

GAZIER Michèle

R√©fugi√©e en France apr√®s la victoire du franquisme, la famille d’Alicia a tir√© un trait sur ses origines espagnoles. Une lettre annon√ßant l’inauguration d’une maison de la culture dans la demeure des a√Įeux, abandonn√©e depuis longtemps, sera-t-elle le point de d√©part d’une recherche de ses origines par Alicia ? Son retour aux sources, √† la conqu√™te d’un pays inconnu, ¬ę d’une terre qui ne serait plus d’oubli mais de m√©moire ¬Ľ se fait dans la souffrance ; l’histoire de ses anc√™tres, celle de ses amours, alternent, se m√©langent, recueillies par un ami fid√®le toujours pr√©sent quand elle a besoin de lui, enferm√© dans un r√©cit qui n’est pas le sien. Son travail de m√©moire, une liaison scandaleuse avec un peintre c√©l√®bre, puis avec un ¬ę¬†golden boy¬†¬Ľ fils de franquiste, vont, sous forme de r√®glements de comptes sinistres, lib√©rer Alicia de l’Espagne.¬†R√©serv√©e, violente, vuln√©rable, tr√®s tourn√©e sur elle-m√™me, Alicia, par bribes, raconte et remonte le temps. On retrouve cette √©criture prenante et ¬ę¬†circonvolutive¬†¬Ľ, qui s√©duisait dans Les gar√ßons d’en face (NB mai 2003).