Midnight Crossroad (O’Boys ; 3)

CUZOR Steve, COLMAN Stéphane, CUZOR Steve

Cachés dans un train qui traverse le Tennessee, Huck et Suzy sont partis à la recherche de leur ami, Charley William qui est poursuivi par un shérif cruel et véreux, pour un crime qu’il n’a pas commis . Charley, alias Lucius Fingers, guitariste de jazz à la virtuosité diabolique, a disparu alors qu’il cherchait la gloire. Les héros sont prêts à tout pour retrouver Lucius. À Memphis ils fouillent dancings minables, bars pouilleux, salles de spectacles sordides, en vain. De cette descente aux enfers dans les bas-fonds, véritables entrailles du diable, ils ne récoltent que violence, racisme et meurtres…

 

Le scénario de O’ Boys est librement inspiré d’une chanson Midnight Crossroad, du jazzman noir, Robert Johnson, reconnu comme l’un des meilleurs guitaristes de tous les temps (On disait qu’il avait pactisé avec le diable, tant son jeu de doigts était prodigieux). Il se balade dans l’Amérique de la grande dépression des années 30 avec son lot de pauvreté, son blues mais aussi la confiance dans l’avenir. Le dessin de Cozor, la mise en page vivante et le traitement des couleurs font penser aux derniers albums western de Charlier.