Mémoires.

NOYER Madame Du

Écrits de 1703 à 1710, ces Mémoires n’avaient jamais été réédités depuis le XVIIIe siècle. Cette édition, présentée et annotée par Henriette Goldwyn, fournira aux historiens des renseignements complémentaires très précis sur la période qui suivit la révocation de l’édit de Nantes (1685). De profonds bouleversements affectèrent la société française et une partie de l’Europe car, pour échapper aux persécutions, de nombreux protestants français s’exilèrent dans les pays voisins. Ils y rencontrèrent de multiples difficultés propres aux époques troublées (manque de ressources, déménagements fréquents, appuis refusés, spoliations et même, en Hollande, l’hostilité de coreligionnaires). Au jour le jour, Madame du Noyer relate ses soucis, ses démarches, ses espoirs souvent suivis de déceptions. Elle s’inquiète surtout pour ses deux filles dont le père, catholique resté en France, exige le retour.

 

Dans le style soutenu de l’époque mais agrémenté de notations caustiques, ce document se lit comme un passionnant roman d’aventures “ennobli” par la personnalité de l’auteure, femme de conviction, d’une énergie admirable.