Mauvais Anges

KOUMANDAR√ąAS M√®nis

Entre 1945 et 1950, il a travers√© les tumultes de son adolescence, √† Ath√®nes. Une famille appartenant √† la bonne soci√©t√©, le lyc√©e, les rencontres, au f√©minin comme au masculin, le cin√©ma, la musique : somme toute, une adolescence dor√©e. Entre beaux et mauvais quartiers, sa vie a crois√© tellement de monde‚Ķ Des ann√©es plus tard, il raconte.¬†¬†¬†Personnage r√©current de dix nouvelles, il en dit l‚Äôambigu√Įt√© formelle entre roman et recueil, entre fiction et autobiographie √©galement. Le point de vue narratif est nourri de la vie d‚Äôun quartier, de la vie partag√©e des ma√ģtres et de leurs domestiques dont le jeune homme absorbe comme un buvard la moindre p√©rip√©tie dramatique. Dans ce panorama pittoresque, il y aurait des mauvais anges ? Il serait facile de stigmatiser, en voyeur, les tentateurs, profiteurs et la violence path√©tique qui orchestre leurs ¬ę jeux ¬Ľ adolescents. L‚Äôauteur pr√©f√®re s‚Äôattarder sur les fi√®vres de son jeune Werther. Et que dire des silences, des cruaut√©s adultes, des souffrances qu‚Äôon cache comme honteuses ? Que dire m√™me de l‚ÄôHistoire du pays ? Aux h√©ritiers de l‚ÄôOlympe et du Paradis, la contradiction est permise ! La nostalgie amus√©e ou f√©roce de ce monde comme il va est communicative. (C.B. et T.R.)