Marie Curie

GIDEL Henry

& & &

 

Marya Sklodowska, jeune Polonaise bien form√©e aux mati√®res scientifiques par son p√®re, arrive √† Paris en 1891 pour continuer ses √©tudes. Elle √©pouse Pierre Curie, savant physicien. Ensemble, ils vont s‚Äôint√©resser √† la radioactivit√©, auront un prix Nobel en 1903. Apr√®s la mort accidentelle de son √©poux, Marie poursuit sa recherche. Au prix d‚Äôun travail acharn√©, elle r√©ussit √† isoler un nouvel √©l√©ment, le radium, et devine les applications m√©dicales qu‚Äôil pouvait avoir. Elle aura un second prix Nobel en 1911. √Čpuis√©e par les effets des rayons, elle meurt en 1934, heureuse de voir sa fille Ir√®ne continuer son oeuvre.

 

Henry Gidel ne cache pas son admiration pour Marie Curie qui a men√© une vie d‚Äôune effrayante aust√©rit√© toute d√©vou√©e √† la science. Il √©voque son immense c√©l√©brit√©, un instant ternie par le scandale de sa liaison avec Paul Langevin, ses difficult√©s pour s‚Äôimposer √† la communaut√© scientifique si misogyne, ses probl√®mes avec ses filles. Gr√Ęce au style ais√© de l‚Äôauteur, sp√©cialis√© dans les vies illustres du XXe si√®cle (Sarah Bernhardt¬†: biographie, N.B. mai 2006), cette biographie d‚Äôune femme √©tonnante est captivante et facile √† lire.