L’ombre au tableau

HILL Susan

Oliver rend visite √† son vieux professeur √† l‚Äôuniversit√© de Cambridge, Theo Parmitter. Soucieux, ce dernier lui conte l‚Äôhistoire du tableau v√©nitien qu‚Äôil poss√®de : certaines figures peintes sont floues, d‚Äôautres inqui√©tantes. Une vieille comtesse, d√©cid√©e √† le lui racheter, lui a narr√© son terrible s√©jour √† Venise : son mari y a disparu dans d‚Äô√©tranges circonstances et le visage de celui-ci est apparu dans la toile, alors propri√©t√© de la famille. Parmitter meurt subitement, puis Oliver part pour Venise avec sa femme Anne‚Ķ¬†Susan Hill a √©crit avec succ√®s quelques ouvrages alliant le policier au fantastique (La main de la nuit, NB janvier-f√©vrier 2015). Elle continue dans la m√™me veine avec ce court roman. Mais cette fois, le c√īt√© policier est quasi absent, h√©las ! Le sort fatal qui p√®se sur les possesseurs de l‚Äôoeuvre picturale est assez peu cr√©dible et les personnages manquent de chair. Les diaboliques pouvoirs du tableau ne font gu√®re trembler le lecteur qui reste indiff√©rent √† cette histoire de passion jalouse, √©crite dans un joli style, mais sans vraie conviction. M√™me Londres et Venise sont sans charme ! (M.F. et C.Bl.)