L’homme qui m’aimait tout bas

FOTTORINO √Čric

Apr√®s le suicide de son p√®re adoptif, √Čric Fottorino confie √† l‚Äô√©criture ce qu‚Äôil n‚Äôa pas pu ou pas su lui dire. Les mots sont simples et vrais, dessinant le portrait d‚Äôun m√©ridional g√©n√©reux, marqu√© par sa Tunisie natale. L‚Äôauteur de Baisers de cin√©ma (NB novembre 2007) a d√©j√† rendu hommage, tout au long de son oeuvre, √† cette figure paternelle qui lui a donn√© vie √† sa fa√ßon. Il dit ici son d√©sarroi face √† cette fin tragique, ce geste qu‚Äôil ne comprend pas et m√™me qu‚Äôil se reproche.

 

√Čcrivain sensible, √Čric Fottorino fait revivre avec beaucoup d‚Äô√©motion les moments forts de sa jeunesse, depuis le jour o√Ļ il a re√ßu un nom, une famille, la passion du cyclisme, l‚Äôinitiation au marais poitevin et mille autres souvenirs qui reviennent sur les vagues de son chagrin. Ce beau t√©moignage sinc√®re et profond√©ment √©mouvant est une v√©ritable d√©claration d‚Äôamour √† cet homme qui fut pour lui un p√®re exceptionnel.