L’homme qui chaussait du 62

CROZES Daniel

1903, Belmont (Aveyron). Ulysse Buissou, vingt ans, est aide-cordonnier chez son oncle. Il mesure 2,22 m quand il est photographiĂ© lors d’un conseil de rĂ©vision Ă  Saint-Affrique. DiffusĂ© par la DĂ©pĂȘche, son portrait attire des agents artistiques chargĂ©s de recruter « des attractions » pour les cabinets de curiositĂ©s, nombreux dans les foires ou salles de spectacle. Jouant de l’harmonica, il forme avec un nain trompettiste, Tom Pouce, un duo qui rencontre le succĂšs en Europe et jusqu’en AmĂ©rique.  Daniel Crozes (MessagĂšre de l’ombre, NB Novembre 2018), journaliste, historien, fĂ©ru de son Aveyron natal, s’inspire dans ce roman de la vie d’Henri Cot (1883-1912) qui fut « le plus grand conscrit de France ». S’il enjolive un peu l’histoire du GĂ©ant, il recrĂ©e avec prĂ©cision et empathie l’atmosphĂšre de Belmont, hameau de l’Aveyron oĂč les paysans, souvent illettrĂ©s, ne sont pas loin de la misĂšre et oĂč rĂšgnent conflits et jalousie. À travers les aventures de son hĂ©ros, il souligne l’importance des foires et des cirques et le goĂ»t du public pour les monstres en tout genre aussi bien en Europe qu’en AmĂ©rique. Un rĂ©cit attachant mais un brin convenu. (C.P. et A.-M.D.)