L’Heure du choix.

AZÚA FĂ©lix de

Dans les annĂ©es soixante, sous Franco, un groupe d’Ă©tudiants Ă©touffe dans Barcelone grise et « stagnante ». Alberto et ses camarades Juan, Lena, Lluch, issus de castes sociales et de familles politiques diffĂ©rentes, utilisent la facultĂ© de droit comme couverture, alors que leurs vrais intĂ©rĂȘts sont ailleurs. Être artiste, poĂšte, Ă©crivain ou communiste est une maniĂšre de s’opposer Ă  la dictature franquiste. En arrosant leurs discussions de « cuba libre » (coca + alcool), ils sont insensiblement poussĂ©s, pour Ă©chapper Ă  l’asphyxie d’une sociĂ©tĂ© bloquĂ©e, cruelle et hypocrite, Ă  faire des choix, certains se laissant glisser vers l’autodestruction. Alberto, le hĂ©ros central, opte pour l’exil. FĂ©lix de AzĂșa analyse finement la sociĂ©tĂ© de la capitale catalane Ă  travers les parents de ses personnages : les uns profitant sans vergogne du rĂ©gime, les autres vĂ©gĂ©tant dans la compromission. Quelques questions de trop (NB mai 1995) Ă©tudiait cette mĂȘme sociĂ©tĂ© dans les annĂ©es 1980. Le tableau est tout aussi caustique, quelques scĂšnes sont extraordinairement rĂ©ussies. Toutefois, le lecteur français peut peiner Ă  comprendre certaines implications sous-jacentes.