Les vermeilles

JOURDY Camille

Jo, f√Ęch√©e contre sa nouvelle famille, s’√©loigne dans la for√™t lors d’un pique-nique. La fillette croise deux lutins perch√©s sur des mini-poneys. Malgr√© leurs r√©ticences, elle les suit jusqu’√† leur village, peupl√© d’√™tres bigarr√©s. Les habitants pr√©parent une exp√©dition pour d√©livrer sept des leurs, prisonniers des ge√īles de l’empereur Matou, en profitant de la f√™te d’anniversaire de ce dernier. Jo sympathise avec Nouk et se cache avec elle dans la carriole. Elles concourent, sans le faire expr√®s, √† l’√©chec de l’entreprise. Tous sont emprisonn√©s, sauf Jo qui √©chappe aux gardes et Maurice le renard. Comment d√©livrer tout le monde ?¬†C’est un vrai roman sous forme de BD, avec moult d√©couvertes, rencontres dr√īles ou √©tranges, qu√™te et aventures. Les dessins sont jolis, fins, dans une dominante pastel douce, et les images de for√™t donnent envie de s’y promener. L’univers parall√®le auquel acc√®de l’h√©ro√Įne, apr√®s une travers√©e de tunnel symbolique, est intrigant, sorte de monde de contes de f√©es revu et corrig√©, peupl√© pour l’essentiel d’animaux anthropomorphes. Les vermeilles sont des poneys multicolores. L’ambiance est √† hauteur d’enfant, avec des dialogues aux r√©parties qui sonnent comme la vie quotidienne, et des personnages attachants.¬† (M.D.)