Les petits garçons

BOURDEAU Théodore

À la maternelle, il a rencontrĂ© GrĂ©goire et ils sont devenus amis pour la vie, qu’ils parcourent ensemble, de l’enfance heureuse Ă  la compĂ©tition scolaire, aux premiers Ă©mois amoureux et aux beuveries de l’adolescence. Puis viennent les annĂ©es d’universitĂ©, l’entrĂ©e dans la vie professionnelle et la vie amoureuse. Lui est peu sĂ»r de lui, timide, il suit son coeur et ses impulsions ; GrĂ©goire est conquĂ©rant, assurĂ©, atteint ses objectifs dont il fixe les Ă©tapes. Mais ils n’ont pas besoin de se parler pour se comprendre et ont finalement la mĂȘme fragilitĂ©.   Beaucoup de tendresse dans ce premier roman pour cette tranche de vie plaisamment racontĂ©e, sans excĂšs, avec une pointe d’humour et un rĂ©alisme probablement dĂ» Ă  l’expĂ©rience de l’auteur. Rien de bien nouveau dans ce rĂ©cit d’apprentissage de la vie reprĂ©sentatif des cinquante derniĂšres annĂ©es de notre sociĂ©tĂ©, si ce n’est la montĂ©e de la violence du monde moderne. C’est d’ailleurs le terrorisme qui sanctionnera, par l’abus du pouvoir et la duplicitĂ©, ces deux hommes au parcours trĂšs diffĂ©rents, celui d’un grand commis de l’État et celui d’un petit journaliste, qui furent des enfants heureux. (P.B. et A.Le.)